0800 253 321

références

Actualités

29
Mars
بلاغ الوكالة الوطنية للتحكم في الطاقة حول تعديلات المنح المسندة
29
Janv
SPECTRA félicite son partenaire LONGi Solar pour son nouveau classement mondial LONGi Solar a grimpé à la première place ...
27
Oct
Changement du taux d'intérêt du crédit STEG   ...
20
Déc
MPBS achète trois sociétés: CBM, MBS et SCIAF La société « Manufacture de Panneaux de B...
24
Oct
MPBS : Chiffre d'affaires en hausse de 19,3% (30 septembre 2019) Le chiffre d’affaires local de la société...
Voir Plus

Presse

La Tunisie en dessous de ses objectifs en termes d’Énergies renouvelables (12/12/2020)

Dans sa stratégie de diversification de son mix énergétique, la Tunisie s’est fixée un objectif d’Énergie renouvelable de 30% d’ici 2030. Pour ce faire, elle aurait dû déjà atteindre les 20% en 2020. On est encore loin du compte. On est en dessous de 22% de l’objectif qu’on s’est fixé.

Les obstacles sont d’ordre technique, mais surtout bureaucratique. Par exemple, les procédures de changement des titres fonciers d’agricole à industrielle sont très lentes pour y installer les centrales de panneaux solaires ou les parcs d’éoliennes.
Il y a aussi des difficultés de financement de ces types de d’investissement, car ces types de projets sont difficilement bancables pour les investisseurs, et les banques évitent de leur octroyer des crédits du fait de leur caractère de risque élevé. Sans les garanties d’État, il n’est pas possible de procéder à des avancées majeures dans le domaine des énergies renouvelables.

Chose que l’État refuse de faire pour le moment. Mais à la place, le ministère de l’Énergie propose de fournir “des lettres de confort”, une pratique qui a montré ses effets dans plusieurs pays, sans qu’elle soit encore généralisée en Tunisie.

Il y a un autre problème spécifique à la Tunisie, c’est le fait que la STEG n’honore pas ses engagements contractuels avec les industriels qui optent pour le régime d’autoproduction. Ce régime autorise aux industriels et aux individus de produire de l’énergie pour leur propre consommation, et de mettre à disposition du réseau leurs excès de production.
Il ya deux autres régimes possibles, en l’occurrence celui des concessions et d’autorisation, régis par des appels d’offres publics. Chacun des trois régimes cache ses entraves avec lui.

Et malgré le retard accusé, la Tunisie a réalisé d’importantes avancées en la matière. Les cinq dernières années ont vu l’accélération de la réalisation de projets à tous les niveaux : apparition d’un cadre réglementaire, lancement d’appels à projets et même l’entrée en services de plusieurs centrales, grandes et petites, d’énergies renouvelables.

Voir l'article depuis la Source