0800 253 321

références

Actualités

02
Juill
L’horaire administratif de SPECTRA pour l'été SPECTRA informe son aimable clientèle que...
17
Avr
MPBS annonce un résultat net en hausse de 27% en 2018 Les états financiers individuels de la so...
05
Avr
Changement du taux d'intérêt du crédit STEG     ...
26
Mars
spot radio ANME Spot radio ANME 
28
Févr
Participation au MEDIBAT SFAX A l'occasion du Salon méditerranéen du Ba...
Voir Plus

Presse

Dans sa quête d’indépendance énergétique, la Tunisie a besoin de nouveaux gisements de gaz (21/06/2019)

 

“Pour atteindre l’indépendance énergétique, il faut trouver de nouveaux gisements de gaz ou de pétrole pour augmenter la productivité”. C’est ce qu’a souligné, jeudi 20 juin 2019, Moncef Harrabi, PDG de la Société tunisienne d’électricité et du gaz (STEG), en marge du forum franco-tunisien sur les énergies renouvelables qui se tient à Tunis.

 

Il a fait remarquer que l’électricité produite provient actuellement à 100% du gaz naturel dont une grande quantité est importée.

A ce titre, il a ajouté que le projet du transport du gaz du Sud “projet du champ Nawara”, actuellement en phase finale, entrera en exploitation au cours de cet été et permettra de réduire de manière importante les importations nationales en gaz naturel et d’aller vers l’indépendance énergétique.

Mais “il faut aussi chercher d’autres solutions comme le développement du marché d’électricité maghrébin et le renforcement des interconnexions avec l’Europe “, estimant que l’interconnexion entre la Tunisie et l’Italie est une clé importante pour l’échange d’électricité.

En outre, le PDG de la STEG a souligné la nécessité de travailler sur l’efficacité énergétique et d’optimiser notre consommation indiquant que les Tunisiens consomment de manière abusive les énergies primaires.

“Il faut aussi une infrastructure qui va accompagner les énergies renouvelables pour développer le taux d’intégration des projets comme la station de pompage et de turbinage (au nord- ouest) dont le coût d’investissement s’élève à environ 600 millions d’euros”, a-t-il indiqué.

Pour sa part, Riadh Berjab, directeur général de l’Agence nationale de maîtrise de l’énergie (ANME), a rappelé que la Tunisie a fixé comme objectif, à l’horizon de 2030, de réduire sa demande énergétique de 30%.

Pour ce faire, des objectifs à court et long termes ont été fixés. Sur le court terme, la Tunisie projette d’atteindre une capacité additionnelle de l’ordre de 1 900 MW vers 2021 dans les différents régimes (concessions, autorisations, autoproduction et réalisations de la STEG).

D’après Berjab, le coût d’investissement de ce programme est de l’ordre de 6 milliards de dinars.

” Le point fort de ce programme c’est qu’il sera réalisé à travers des investissements privés à hauteur de 80%, ce qui permettra de soulager les finances publiques et de dynamiser le secteur privé “, a-t-il dit.

Il a, par ailleurs, affirmé qu’un programme prioritaire d’efficacité énergétique a été approuvé par le gouvernement permettant des investissements de l’ordre de 2 milliards de dinars sur 5 ans pour un potentiel d’économie d’énergie de 1 000 GWh par an.

De son côté, Tahar Achour, expert international en économie d’énergie et énergies renouvelables, a souligné que le forum franco-tunisien est une osmose entre des investisseurs français de la région Rhône Alpes et des investisseurs tunisiens pour essayer d’aller ensemble sur des projets en matière d’énergies renouvelables en Tunisie puisque le train des énergies renouvelables a bien démarré.

” Faire du renouvelable essentiellement du photovoltaïque demande beaucoup d’argent et donc aller ensemble investisseurs tunisiens et français c’est plus facile et ça permet aux investisseurs tunisiens de bénéficier de l’expérience française notamment dans les grands projets énergétiques “, a-t-il estimé.

Tahar Achour indique qu’actuellement les investisseurs dans ce domaine sont de plus en plus nombreux et les banques sont de moins en moins réticentes et octroient des crédits.

Concernant le gaz de schiste, l’expert a souligné l’importance d’identifier d’abord le potentiel. ” Si les réserves sont importantes, il faut y aller rapidement “, a-t-il dit, précisant que pour les problèmes liés à la pollution, il existe aujourd’hui des technologies modernes et sophistiquées pour extraire ce gaz emprisonné dans la roche calcaire sans faire du mal à la nappe phréatique.

Achour a indiqué que la Tunisie qui est déficitaire en énergie d’environ 50% peut atteindre son indépendance énergétique par l’économie d’énergie, l’efficacité énergétique, le développement du renouvelable et la facilitation des procédures administratives.

Organisé par ASTRA (Association pour la promotion des relations économiques tuniso-Rhone-alpines) en collaboration avec la STEG et la FIPA, le forum est dédié à l’échange et l’information franco-tunisienne sur le thème des énergies renouvelables en Tunisie suivie de rencontres B2B durant le Tunisia Invest Forum (TIF) organisé à Tunis les 20 et 21 juin.

 


Voir l'article depuis la Source