0800 253 321

références

Actualités

20
Déc
MPBS achète trois sociétés: CBM, MBS et SCIAF La société « Manufacture de Panneaux de B...
24
Oct
MPBS : Chiffre d'affaires en hausse de 19,3% (30 septembre 2019) Le chiffre d’affaires local de la société...
21
Oct
Changement du taux d'intérêt du crédit STEG : PROSOL ELECT Dans le cadre du programme PROSOL Elec d’...
17
Avr
MPBS annonce un résultat net en hausse de 27% en 2018 Les états financiers individuels de la so...
05
Avr
Changement du taux d'intérêt du crédit STEG     ...
Voir Plus

Presse

Futurs projets de production de l’électricité 2017-2020 : Des investissements conséquents (07/04/2017)

Le plan national de l’énergie électrique produite à partir des énergies renouvelables pour la période 2021-2025 comprend l’installation d’une puissance additionnelle de 1.250MW.
Le ministère de l’Energie, des Mines et des Energies renouvelables prévoit le lancement, durant trois ans (2017-2020), une panoplie de projets de production de l’électricité à partir des énergies renouvelables, moyennant des investissements de l’ordre de deux milliards de dinars.
Ces investissements seront mobilisés dans les domaines des hydrocarbures, la recherche, l’exploration, la modernisation, l’infrastructure de base (transport et stockage des hydrocarbures) et l’efficacité énergétique.

Concernant les futurs projets de production de l’électricité à partir des énergies renouvelables, ils seront d’une capacité de 1.000 MW, dont les investissements sont de l’ordre de 2 milliards de dinars. Le tiers de ces énergies renouvelables proviendra de l’énergie éolienne et les deux tiers restants, de l’énergie solaire, fournissant ainsi 12% des besoins du pays en énergie.
Ces projets de production d’électricité à partir des énergies renouvelables assujettis aux régimes des autorisations et des concessions seront réalisés par le secteur privé suite à des appels à projets et à des appels d’offres qui seront annoncés durant la période 2017-2020.

Le plan national de l’énergie électrique produite à partir des énergies renouvelables pour la période 2021-2025 comprend l’installation d’une puissance additionnelle de 1.250MW. Une partie de cette puissance pourra être avancée et réalisée durant la période 2017-2020.
Le diagnostic élaboré par le ministère de l’Energie, des Mines et des Energies renouvelables montre la capacité limitée des énergies renouvelables malgré les moyens fournis.
Ainsi, la production de l’électricité via les énergies renouvelables a atteint 327MW en 2015, celles des stations éoliennes, hydrauliques, des capteurs solaires s’élèvent respectivement à 240MW, 62 MW, 25 MW.
Cette capacité énergétique représente 3% de la production nationale d’électricité.

Déficit en hausse
S’agissant de la balance d’énergie primaire, le déficit a augmenté entre 2010-2015 pour atteindre 9,3 millions de tonnes pour la consommation et 7,8 millions de tonnes pour les ressources. Idem pour la balance commerciale énergétique pour l’année 2015, le déficit a doublé par rapport à 2010.

Le taux de couverture a régressé, passant de 90% en 2010 à 40% en 2015. Le bilan est encore négatif, indiquant un recul de l’indépendance énergétique, au niveau de l’importation moyennant 46% en 2016 contre 7% en 2010. Volet subventions, et selon la loi de finances 2017, la valeur des subventions connaîtra une légère augmentation pour atteindre 650 millions de dinars, contre 197 millions de dinars en 2016.

La stratégie nationale du secteur de l’énergie à l’horizon 2030 s’articule autour de quatre axes : le développement des ressources nationales en hydrocarbures, la modernisation de l’activité de production de l’électricité et de connexion électrique, la promotion de l’efficacité énergétique et la mise en œuvre de politiques de raffinage pétrolier, de stockage et de développement de l’infrastructure de transport et de distribution des produits pétroliers.
Selon les prévisions préliminaires et les réserves existantes, la production d’hydrocarbures baissera de 5,1 millions de tonnes en 2016 à 1,5 million de tonnes en 2030, sans compter les futures explorations possibles.

Ce qui nécessite la mise en place de programmes de développement des ressources nationales en hydrocarbures. Le développement des ressources demeure tributaire du démarrage des projets d’exploration et d’exploitation des «objectifs» non traditionnels de carburant, dont celui de Borj El Khadhra-Sud. Il est à signaler qu’une étude d’évaluation environnementale stratégique sur l’exploration et l’exploitation des objectifs non traditionnels est en cours d’achèvement.

En effet, la modification du cadre juridique et fiscal du code des hydrocarbures accélérerera les activités d’exploration des objectifs profonds dans les régions du Nord et du Centre, d’incitation des entreprises à investir dans ce domaine et d’usage des TIC afin d’améliorer les taux d’extraction.

Nouvelle centrale à Sousse
En marge de la rencontre organisée le 3 avril 2017, par le ministère de l’Energie, des Mines et des Energies renouvelables, sur les préparatifs de la saison estivale 2017, une visite d’évaluation et de suivi a été effectuée à la centrale à cycle combiné mono-arabe de Sousse étape D en présence de Mme la ministre Héla Cheikhrouhou.
Cette station, opérationnelle depuis le 22 juillet 2015, est d’une puissance de 424 MW, moyennant un coût global de 620 millions de dinars, financé par la Banque islamique de développement, le Fonds saoudien de développement et le Fonds international de développement.


Voir l'article depuis la Source